Bonjour Noel, bonjour surconsommation

Du black friday au minimalisme

Vous sentez ? Ca arrive, ca commence déjà à être la folie des achats dans tous les sens ! Dans tous les sens oui ! Mais à la place est-ce qu’on pourrait pas plutôt donner du sens à nos achats ? Offrir moins mais offrir mieux ? Donner plus de valeur à nos achats ? Et donc donner plus de valeur aux personnes à qui on va faire ces cadeaux ? Y consacrer plus de temps ? Y mettre plus d’amour ? De l’amour pour nos proches, pour les humains derrières qui l’ont confectionné ? Pour les générations futures ?

Focus sur le Plan de l’économie circulaire de la Ville de Paris

La semaine dernière, j’étais à la Maison du Zéro Déchet située dan le 18eme arrondissement de Paris. Antoinette Guhl nous présentait le plan Economie circulaire 2017-2020. Je vous en parle plus en détail !

 

Tout d’abord, la Maison du Zéro Déchet, vous connaissez ? A l’initiative de l’association Zero Waste c’est LE paradis du zéro déchet. Tu veux toi aussi réduire ta poubelle, viens donc faire un tour au 3 rue Charles Nodier, en plein Montmarte ! Tu y trouveras de la lecture pour t’inspirer ou pour aller encore plus loin dans ta démarche. Tu y trouveras aussi pleins de choses qui te permettront de remplacer dans ta vie de tous les jours tout le jetable par du durable.  Et celà tant dans ta salle de bain que dans ta cuisine. Lieu de rencontre et d’apprentissage, tu pourras aussi assister à divers évenements autour de la réduction des déchets comme des conférences ou des ateliers pratiques. Elle est pas cool cette boutique ?!

Les rencontres ! J’y suis allée pour ça ! Ce soir là, c’est Antoinette Gulh, l’Adjointe à la Maire de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire, de l’innovation sociale et de l’économie circulaire qui nous parle du plan d’économie circulaire 2017-2020 de la Ville de Paris.

Ce plan c’est quoi ? C’est une feuille de route opérationnelle de circularité des ressources.

L’objectif de Paris est de faire de Paris une ville plus équitable, plus inclusive et plus durable. Pour cela ce plan défini des solutions pour lutter contre le dérèglement climatique, préserver la biodiversité, réduire l’impact de nos modes de vie sur l’environnement et créer de l’emploi.

Avant d’aller plus loin, il est peut être utile d’éclaircir la notion d’économie circulaire. Pour faire simple, l’économie circulaire c’est la protection des ressources. Vous savez ces ressources si précieuse que nous offre la Terre et que nous utilisons à grosse dose sans se soucier de leur épuisement alors que nous les consommons bien plus vite qu’elles ne se régénèrent !

 

Zéro déchet même pendant tes règles, pour allier santé, écologie et connexion avec toi-même

// ROUGE POWER //

Day 4

« Zéro déchet même pendant tes règles, pour allier santé, écologie et connexion avec toi-même  »

A mon tour de vous parler règles ! Je suis super contente de cette opportunité puisque je vous ai bien fait il y a quelques temps une vidéo sur le zéro déchet dans la salle de bain mais je n’avais pas du tout évoqué la question des protections hygiéniques pendant les règles. Et #RougePower me donne cette opportunité, c’est top !

Rouge Power, c’est un projet collaboratif où avec 6 autres nanas badass entrepreneures, on te parle de règles ! Notre objectif, te proposer une expérience unique pour changer ta perception de ce moment spécial du mois et t’aider à te réapproprier ton pouvoir féminin. Pendant une semaine, chacune à notre tour, on te partage un article positif à ce sujet. Tu peux retrouver l’ensemble des articles via Facebook et Instagram grâce au hashtag #RougePower.

Tu as déjà une idée de mon angle d’approche sur ce sujet ? J’imagine que oui, les règles zéro déchet pardi ! Et j’imagine que tu penses cup et serviettes hygiéniques lavables ? Bingo ! Mais pas que, loin de là ! Je te propose d’aller encore plus loin dans la démarche 😉 On va parler flux instinctif, oui oui !

1st step : le kit menstruel zéro déchet
2nd step : comment se passer de ce kit, en mode #badass

Mais avant commençons déjà par le pourquoi du zéro déchet pour tes périodes de règles ? Il y a plusieurs raisons. Moi, ma préoccupation de base, c’était la réduction des déchets et le côté hyper pratique de pas avoir à penser chaque mois à aller acheter tampons et serviettes.. L’anticipation c’est pas trop mon truc et je me trouvais souvent bien embêtée avec rien à portée de main le jour J ! Uuups panique ! Et puis il a aussi le côté santé. On ne sait RIEN de la composition des tampons ! A part qu’à priori c’est donc des trucs pas clean. Pas clean au point d’avoir provoqué des infections hyper graves à certaines femmes comme le syndrome du choc toxique dont vous avez surement entendu parler.
Et donc quoi ? On est censé mettre un truc toxique comme ça dans notre vagin ? Dans un endroit aussi intime ? Abusé ! Ils nous prennent pour quoi ces fichus industriels ?!

Donc non-merci-les-tampons-et-les-serviettes-hygiéniques-jetables ! Surtout quand des alternatives plus green, meilleures pour la santé et qui, en bonus, te permette d’être plus connectée à toi-même existent. Y a pas photo !

1st step : le kit menstruel zéro déchet
Comme pour toute démarche zéro déchet, cela nécessite un petit équipement au départ, des trucs lavables et réutilisables pour remplacer le jetable. Ici nous aurons besoin d’une cup et de serviettes hygiéniques lavables. (J’ai aussi entendu parler d’éponges menstruelles mais je ne saurais vous en parler, je n’ai pas testé. Quelqu’un peut nous apporter son témoignage ?)

La cup, c’est une petite coupe souple, en silicone, avec une petite tige au bout pour pouvoir l’insérer et la sortir facilement. Tu la plies, tu la glisses dans ton vagin et elle s’ouvre et se positionne quasi toute seule ! Pas toujours évident au départ mais le geste vient vite. Et là, la cup recueille ton sang et toi tu peux vaquer à ta vie l’esprit tranquille ! Attention quand même à ne pas trop l’oublier, il y a des règles d’hygiènes assez basiques à respecter tout de même !

On devient vite adepte de la cup, je t’assure, même si j’entends les appréhensions qu’on peut avoir au départ.

Mais pense aux côtés positifs, plus besoin de penser acheter des tampons et des serviettes, plus besoin de poubelle dans les toilettes, moins de risque sur ta santé.. Et sinon quoi ? C’est de ton sang dont tu as peur ? Oui peut-être que tu en auras un peu sur les mains en l’enlevant. Et quoi ? C’est tout ! C’est du sang. C’est ton sang ! Vas-y, touche-le, laisse-le couler sur tes mains, entre tes doigts ! Là tu la sens la connexion avec toi-même ? Tu y es ! (Hihi pardon je ne pensais pas aller aussi loin) #cestpassale

La cup, c’est au top !

Si ça te fait un peu flipper, tu peux doubler ta cup avec une serviette hygiénique lavable au cas où. Ou tu peux même ne mettre que ça, en fonction de la quantité de sang que tu perds. C’est cool aussi les serviettes hygiéniques lavables. Ils en font de super jolis ! Mais soyons honnêtes, elles ne restent pas hyper nickels longtemps. Mais on s’en fout non ? #cestpassale

Kit à laver et réutiliser à l’infini quasi ! On parle d’une durée de vie de 3, 5 à 10 ans parfois pour la cup.
Budget : 30 à 40€ je dirais.. rien du tout donc pour sa durée de vie.

2nd step : comment se passer de ce kit, en mode #badass !
Après tout ça, tu peux encore aller un peu plus loin dans la démarche, être encore un peu plus connectée à ton corps en pratiquant le flux instinctif !

Le flux instinctif c’est quoi ? C’est vivre ses règles de manière connectée, en autonomie, en s’écoutant et sans s’appuyer sur quoi que se soit d’externe pour gérer son flux autre que soi-même. Le guide, c’est ton corps. Ecoute les signes. Observe les sensations. Tu sauras. Tu sentiras. Fais-toi confiance.

Moi, je m’y suis mise il y a plusieurs mois et je t’avoue que ça demande du temps ! Après plusieurs cycles, je ne maitrise pas encore totalement mais je progresse ! Ma coloc a pris l’habitude de me voir partir au toilette comme une furie ! Hihi ! Oui parce qu’au début, tu courras au toilette très très souvent. C’est donc pas toujours facile dans notre quotidien de fille busy mais profite d’un week-end, de tes vacances ou même ne serait-ce que d’une fin de journée où tu es au calme chez toi. Et parle à ton corps ! Ahah chelou puissance 1000 😉 Dis-lui ton intention, demande-lui de te prévenir. Et félicitez-vous quand ça marche ! Peut-être que tu te réveilleras aussi la nuit au début, file au toilette, c’est signe que ça va couler !

Le Flux instinctif c’est au top du top. Un truc de badass non ? Ou non, un truc naturel en fait ! Moi j’adore ! Etre connectée comme ça avec soi-même, tu te sens super-puissante !

Et puis les cycles ! Tout ça, ça m’a permis de les regarder d’un peu plus près. Et c’est hyper intéressant. Tes cycles sont réguliers toi ? Moi carrément pas ! Au plus court, 24 jours. Au plus long, 42. Un peu dingue non ? Et les deux, l’un à la suite de l’autre en l’occurence. Un cycle de 42 jours puis celui d’après 24 précisément ! Etrange non ? Et pour certaines femmes ça peut être encore plus long.. parfois plusieurs mois sans règles (sans parler grossesse bien évidemment)

Alors qu’est ce qui les déclenche ? Qu’est ce qui les retient ? C’est un vrai sujet ça aussi. Je crois qu’il faudrait rajouter un jour à notre semaine Rouge Power et trouver une spécialiste de la question !

Des émotions fortes qui les font arriver plus vite ? Un truc qu’on retient en nous qui les bloquent ? C’est mon intuition. On en parlait avec Mélissandre il n’y a pas très longtemps et on se disait qu’il se passait en nous des trucs hyper subtils, des trucs très psychologiques je pense qui influence nos cycles. C’est curieux non ? Des personnes ici pour nous éclairer sur ce point ?

Et toi, comment ça se passe pour toi ? J’ai très envie de savoir où tu en es. Est-ce que ça te tente de tester le zéro déchet appliqué à ton cycle féminin ? Team cup ou plutôt team flux instinctif ? Ou team tampon ? (allez tampon bio au moins stp!)

Et vous mes chères Rouge Power Girls ? Green Soul / Mélissandre​, Héroïnes au quotidien​, Maudus​, Lyvia Cairo – FR​, Naturellement imparfaite​ et Manon Godard​ ? J’ai aussi très envie de savoir ce qu’il en est pour vous sur ce sujet !

C’est ici mon expérimentation, mais à vous de sentir ce qui vous convient ! N’oubliez pas, step by step 😉

Et une dernière chose, pour t’aider si tu souhaites essayer tout ça, tu peux installer l’appli Clue qui est chouette ou alors y consacrer une page de ton bullet journal.

#RougePower #empowermentofwomen #femininsacré #femmepuissante #teamcup #teamfluxinstinctif

LOVE

Agathe

Le racisme environnemental vous connaissez ?

Racisme environnemental

Le racisme environnemental, c’est une notion que j’ai découverte en amont de la COP 21 à Paris. Intriguée, je me suis rendu à cette conférence. On y avait parlé des Etats-Unis beaucoup, et de la Seine Saint Denis un peu.

Aux Etats-Unis, cette notion de racisme environnemental est apparut dans les années 1980. Elle démontre que les habitants des zones les plus en difficulté, pauvres et non-blancs, subissent plus que les autres les problèmes environnementaux. Qu’inégalités sociales et environnementales se cumulent.

Le scandale de Flint vous vous en souvenez ? La pollution de l’eau au plomb qui a entrainé une catastrophe sanitaire dans cette ville industrielle, délaissée, pauvre, à majorité noire, du Michigan ? La population a bu pendant des mois, de 2014 à 2016, une eau contaminée malgré avoir signalé une eau jaunâtre et des symptômes bizarres.. Tout ça à cause d’une décision politique prise par le gouverneur souhaitant réduire les coûts financiers. Le message n’est pas passé, le problème a mis des mois à se résoudre.

Il y a eu aussi en Nouvelle Orléans l’ouragan Katrina qui a fait beaucoup de dégâts. La fragilité de la digne avait été signalé et il avait été demandé par des experts qu’elle soit renforcée. Rien a été fait. Et les habitants ont pris l’ouragan de plein fouet, la ville était sous les eaux, les riches ont pu partir, les secours ont tardé..

Des mouvements de révolte se sont formés. Le 1er à ce sujet a eu lieu dans les années 1980 à Afton, une petite ville pauvre de Caroline du Nord à majorité noire où des tonnes de déchets toxiques ont été déversés. Et cela s’est soldé par de nombreuses arrestations de personnes qui luttaient juste contre la création de cette décharge toxique.

C’est l’histoire des Etats-Unis. En France, on ne parle pas vraiment de racisme environnemental. Il me semble qu’on parle plutôt d’inégalités environnementales. Cette notion apparait d’ailleurs dans la Charte de l’environnement de 2005 pronant que « Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et favorable à sa santé ».

A bien y regarder tout de même, les autoroutes, les déchetteries, etc, sont bien souvent reléguées sur les territoires défavorisés.

La Seine-Saint-Denis est par exemple traversée par l’autoroute A1 et A86 qui sont particulièrement fréquentées. Et il y a le périph’ pas loin. A cela, on ajoute deux aéroports, le Bourget et Charles de Gaulle. Pollution et nuisances sonores assurés ! Et lors de la canicule de 2003, la Seine Saint Denis a été le 2eme département le plus touché par la surmortalité suite à cette conséquence du dérèglement climatique.

Les inégalités sont bien là. A l’échelle de la Terre, la crise environnementale n’affecte pas tout le monde à la même intensité.

Prenons-en conscience 

Réconcilier féminisme et féminité

Laura Berger Femmes

Aujourd’hui, vous n’êtes sûrement pas passé à côté, c’est la journée des droits des femmes.

Je suis sûre que vous attendez l’article revendicateur à mort sur les inégalités hommes/femmes ? Oui c’est le type d’article que j’aurais pu écrire. Mais non, c’est finalement pas ce que j’ai retenu quand j’ai commencé à réfléchir à ce que je pourrais écrire aujourd’hui.

Je préfère aborder le sujet sous un autre angle, un angle plus spirituel. Je veux parler de réconciliation. Et plus spécifiquement de réconciliation entre féminisme et féminité. De réconciliation interne. Et d’apaisement. Au risque de passer pour encore plus barrée que d’habitude, je sais qu’on n’en parle pas mais je sais pourtant que c’est là. Autour de moi, nombreuses sont les femmes hyper indépendantes, très féministes, très en colère, très combattantes (Elles se reconnaitront, coucou  ) Ce n’est pas évident d’être pleinement femme dans notre société actuelle. Il y a eu tellement de combats pour nos droits pour lesquels nous sommes pleines de gratitudes. On ne lâche rien. Et on continue à se battre.

On combat les injustices et on en arrive à combattre notre part de féminité. Elle est là, en nous, mais on ne lui laisse pas prendre sa place. On l’efface. On la rejette. On l’enfouie.

Mais c’est là peut-être notre erreur.

Féminisme et féminité ne sont pas incompatibles.

Laissons la place à notre énergie féminine, sans peur. Soyons entières. Soyons vibrantes. Soyons créatives. Ne nous retenons plus d’être nous-mêmes, dans notre puissance et notre lumière. Accueillons nos émotions et faisons confiance à notre intuition. Libérons toutes les facettes de nous-mêmes.

Femme entière, femme sauvage.

Autorisons-nous cela.

Trouvons l’équilibre.

Et vous, ca vous évoque quoi féminisme et féminité ? Comment est ce que vous le vivez ?

L’avis des hommes sur ce sujet nous intéresse aussi bien évidemment ! 

Partage cet article si tu penses qu’il peut apaiser quelqu’un !

 RECONCILIATION, APAISEMENT, AMOUR 

Agathe

Ps : Merci à Laura Berger pour cette illustration trop canon d’un cercle de femmes puissantes 

#tropperché #outofthebox #spiritualité #fémininsacré #peace

Le séjour à la montagne à la cool et responsable

Sport d'hiver écolo

Grrrrr ce froid, l’hiver est encore bien là !

Ca me fait penser que je voulais vous parler des sports d’hiver. C’est la saison, c’est cool, la montagne, la glisse, tout ça, on se reconnecte avec la nature, on respire de l’air pur.. Rien que d’y penser ça fait rêver !

Mais est-ce bien compatible avec nos préoccupations pour l’environnement ?

Pas tellement à vrai dire. L’impact sur la planète est plutôt important. Imaginez entre toutes les infrastructures d’hébergement, les télésièges, l’utilisation des canons à neige hyper consommateur d’eau, les dameuses… Et la principale source d’émission de CO2 engendrées par les séjours au ski est le transport pour arriver jusqu’aux stations selon l’ADEME. Et la 2eme est le chauffage.

Tout ça, ça en met un sacré coup sur ces fragiles écosystèmes montagneux qu’on aime tant.

Mais se priver de ce plaisir ? Non je n’oserais pas vous le demander. Par contre, on peut se questionner. Comment peut-on faire pour concilier les deux, kiffer tout en limitant notre empreinte sur la planète ?

 Ca peut commencer par choisir une station labellisée Flocon Vert. C’est un label garantissant l’engagement durable des destinations touristiques de montagne qui a été développé par l’association Mountain Riders. Vous connaissez ? Je découvre et de ce que je vois il y a encore peu de stations labellisées.. Trop méconnu mais ça me semble une bonne piste (hihihi) pour soutenir le tourisme responsable en France. Il existe aussi Green Globe, un label d’éco-tourisme plus généraliste.
Plus d’info sur le label Flocon vert ici

Pour s’y rendre, on oublie l’avion !! La voiture, ce n’est pas encore l’idéal..en plus ce n’est pas forcément le moyen de locomotion le plus pratique pour aller à la montagne. Le train c’est la meilleure solution niveau impact environnemental.
Vous pouvez comparer ici 

On s’attaque à la 2eme source d’émission de gaz à effet de serre : le chauffage ? Facile, on s’emmitoufle dans nos beaux pulls en laine ! Et on se réchauffe au vin chaud si besoin 

Pour s’équiper, on peut privilégier le prêt pour ce qui est équipement vestimentaire, la location pour le matériel. Ca permet d’épargner des dépenses et de ne pas encombrer chez soi pour une utilisation si ponctuelle.

Et puis sur place, pourquoi pas faire des rando en raquettes par exemple ? La luge, les bonhommes et les batailles de neige sont aussi eco-friendly ! 

Et bien sûr, on trie, réduit et jette nos déchets à la poubelle !

Sans oublier de RESPIRER et CONTEMPLER la beauté des lieux. La base et hyper eco-friendly 

Enjoy !

Agathe

La liste de la Saint Valentin éthique pour un amour durable

Oh mais demain c’est la Saint Valentin !

Please, please, please, ne tombons pas dans le piège de cette fête commerciale et gardons nos convictions écolo !

Comme j’adore les listes je vous propose qu’on lance la liste de la Saint Valentin éthique pour un amour durable : 
– un abonnement chez Fleurs d’Ici, les bouquets de fleurs locales et de saison (pour les Parisien et parisiennes) pour égayer votre salon
– un temps bien-être entre les mains d’un-e spécialiste répertorié-e sur Bliss You pour se détendre
– une participation à un financement participatif comme par exemple Olly et sa lingerie made in France, Soin de Soi et ses cosmétiques bio made in France (produits en pré-vente) ou tout autres projets de votre choix pour leur permettre de se concrétiser
– les trop canon bougies d’Organic Cocoon pour une ambiance parfumée et tamisée
– un repas concocté par vous-même pour régaler vos papilles
– un carte ciné et autres billets de spectacles, pièces de théâtre, concerts, etc selon vos goûts pour se divertir
– un vélo pour explorer les environs
– une escapade en bord de mer pour s’évader

A vos idées pour montrer tout votre amour 

Consommer en conscience

Acheter en conscience Agathe My Bag
Hier sur ma page Facebook, je vous proposais ce mantra : « Questionne-toi avant chaque achat ». Ca vous parle ? Je pense que ça vaut le coup d’en dire un peu plus !
 
Depuis quelque temps, avec le phénomène grandissant de la méditation, on entend souvent parler de faire les trucs en conscience. Comme respirer en conscience, marcher en conscience, faire la vaisselle en conscience, manger en conscience etc. Et je ne sais pas mais il ne me semble pas avoir entendu parler d’acheter en conscience. Et pourtant, pourquoi pas ?
 
Ce n’est pas anodin cet acte d’achat. Ca a des conséquences sur notre société. Au niveau économique, au niveau santé et au niveau environnemental.
 
Je vous propose un défi pour ce week-end, consommez en conscience. Partant ?
 
🛒 Vous allez ravitailler le frigo ? Regardez bien ce que vous allez mettre dans votre chariot. D’où ça vient ? Comment c’est emballé ? Est ce que ça a subit une transformation ? Et pour les plus courageux, poussez-même à regarder l’étiquette. Qu’est ce qui se cache derrière tous ces E-je-sais-pas-quoi 🤔 (Oui on y comprend pas grand chose je vous l’accorde, mais pour ça j’ai une petite astuce à vous partager!). Ca fait quoi à mon corps quand je lui donne ça ? C’est bon pour ma santé ? A la caisse, avec qui je fais ce transfert de valeur ?
 
🧥👖 Vous allez profiter des soldes ?
D’ou vient ce vêtement ? Dans quelles conditions travaillent les personnes qui l’ont confectionné ? Combien de km a-t-il parcourus ? A qui est-ce que je donne mon argent ? Comment une réduction de -70% est possible ? Sérieusement ? Voyez plus large que le seul bénéfice que vous voyez sur votre porte-feuille. Et puis d’abord, est ce que j’en ai vraiment besoin ? J’en ai pas déjà 10 dans mon placard ? Est ce que je peux le trouver d’occasion plutôt que l’acheter neuf ?
 
Acheter c’est voter, comme on dit. Et en tant que consommateur, je vous assure qu’on a un réel pouvoir. A nous de montrer nos valeurs. A nous de choisir et soutenir le modèle de société que l’on veut !
 
Challenge accepté ? On en discute lundi ?
 
 
Agathe
 
PS: mon astuce pour y voir plus claire sur les étiquettes alimentaire, c’est l’appli Yuka. Je la teste actuellement.
https://yuka.io/
 
 
Une dernière chose, rappelez-vous,
~ LESS IS MORE ~

Sensibiliser rien qu’en faisant ses courses

Consommation sans emballage Agathe My Bag

Hello, hello les vrac lovers !

Aujourd’hui je faisais mes courses, avec mes sacs à vrac Agathe My Bag bien évidemment. Et, outre la tête amusée du caissier, une dame est venue me demander d’où venaient mes petits sacs ! Hiii ! J’adore ! Ce n’est pas juste le fait de lui dire « c’est moi qui les fait, j’ai créé une marque d’emballages réutilisables pour réduire les déchets ». C’est une occasion de plus de sensibiliser sur le zéro déchet et faire avancer la cause. Ce n’est pas encore dans les habitudes de venir avec ses propres contenants. Ca entraine souvent des réactions, des sourires ou même des discussions. Ca attise la curiosité et parfois ça amène de l’incompréhension. Une fois, dans une boulangerie, on m’a mis dans mon sac à pain, mon pain emballé dans du papier !! Pas eu le temps de réagir, il était trop tard ! Autant en rire 😂😂

Faire ses courses en utilisant ses propres sacs à vrac, c’est un acte engagé. C’est un signe. C’est signal fort qu’on donne à l’industrie alimentaire. C’est reprendre son pouvoir sur notre alimentation. C’est changer la société. La preuve, les rayons de vrac s’agrandissent dans les grandes surfaces et les épiceries 100% vrac se multiplient. Le mouvement prend de l’ampleur et ce n’est que le début 💪

#vracpower

Et vous ? Quelles sont les réactions quand vous utilisez vos sacs à vrac ? A vos anecdotes !